Index du Forum


Forum libre et sans modérateur sur la spiritualité, garantissant la liberté de conscience.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vichy et la Shoah

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Philosophie -> Culture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Coeur de Loi
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2012
Messages: 2 909
Genre: Masculin
Spiritualité: Bouddhiste chrétien

MessagePosté le: Lun 13 Oct - 11:38 (2014)    Sujet du message: Vichy et la Shoah Répondre en citant

"Alain Michel, historien israélo-français, résidant en Israël et rabbin de son état, a publié Vichy et la Shoah – Enquête sur le paradoxe français (2012).

C’est à cet ouvrage qu’Éric Zemmour se réfère dans son Suicide français. Sa conclusion prend le contre-pied de la thèse de Paxton.

« L’historien peut montrer les faits, l’engrenage des situations, les choix possibles, mais en tant qu’historien, il n’a aucune capacité pour juger véritablement du bien et du mal, ni de la responsabilité des hommes au regard de lois éthiques comme la définition du crime contre l’humanité… le mélange des deux points de vue, celui du professionnel de l’histoire et celui du jugement moral, entraîne une déformation de la vérité historique que l’on retrouve, finalement, à la base même de cette “doxa” que j’ai tenté de dénoncer dans cet ouvrage comme obstacle principal d’une véritable compréhension du comportement de Vichy face à l’application de la solution finale en France. »

Asher Cohen – Juifs et Français sous l’Occupation et sous Vichy (1993) – ou encore Maxime Steinberg – Le Vel’ d’Hiv’ français dans la solution finale en Europe, dans Points critiques, n° 306, mai 2010 –, eux aussi, ont défendu la thèse dite du « moindre mal »."

http://www.bvoltaire.fr/christopheservan/robert-paxton-fin-dun-mythe,130996

---

Tout est dit, mélanger l'histoire et la morale, c'est faire de la propagande en déformant la réalité historique.
_________________
.
"Hommage au soutra du lotus"
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Oct - 11:38 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Coeur de Loi
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2012
Messages: 2 909
Genre: Masculin
Spiritualité: Bouddhiste chrétien

MessagePosté le: Lun 13 Oct - 12:38 (2014)    Sujet du message: Vichy et la Shoah Répondre en citant

À la fin de l'interview, le journaliste demande à Zemmour s'il est négationniste !!! Shocked
http://www.youtube.com/watch?v=FN9Jh5gi7QI
_________________
.
"Hommage au soutra du lotus"
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 400
Genre: Masculin
Spiritualité: Né mahométan devenu mahometophobe

MessagePosté le: Lun 13 Oct - 13:24 (2014)    Sujet du message: Vichy et la Shoah Répondre en citant


_________________
« Ah ! Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez vous pas ? Ah ! Insensé qui croit que je ne suis pas toi ! »
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM
yacoub


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 400
Genre: Masculin
Spiritualité: Né mahométan devenu mahometophobe

MessagePosté le: Dim 20 Déc - 16:56 (2015)    Sujet du message: Vichy et la Shoah Répondre en citant

https://www.facebook.com/notes/david-belhassen/lethnie-est-elle-une-notion-si-r%C3%A9prouvable-/1724597314440000?comment_id=1724703877762677&notif_t=note_reply

L'ethnie est-elle une notion si réprouvable ?
David Belhassen·dimanche 20 décembre 2015

Le terme "ethnie" n'a pas bonne presse. Chez nos bien-pensants bobos-gauchos qui tiennent les médias à la gorge, cela fait un peu "race", donc "racial", donc "racialiste", donc "raciste" !

Or il n'y a aucun rapport entre la notion d'ethnie qui correspond au sens premier de "peuple" et qui est bien vivante, et celle de "race" qui est une notion caduque chez les humains depuis des dizaines de milliers d'années.
De plus, la plupart des ethnies sont exogames. C'est-à-dire qu'elles n'interdisent pas des liens matrimoniaux entre un membre d'une ethnie et celui ou celle d'une autre ethnie. Et ce, tant que "le fleuve d'eau douce ne peut adoucir la mer salée", pour reprendre une maxime ethniciste.

C'est-à-dire qu'une ethnie doit conserver une base génétique majoritaire commune entre tous ses membres. C'est ce qu'on appelle en langage vulgaire : "le lien du sang", sans pour cela parler de "pureté ethnique" d'une part, et sans d'autre part tomber dans le poncif de "brassage" ou de "métissage".

Cette notion d’ethnie peut donc recouvrir les peuples suivants (par ordre alphabétique) : Les Amazighs, les Arméniens, les Basques, les Bretons, les Corses, les Cypriotes, les Hébreux, etc… pour ne citer que ceux qui préoccupent les Européens. La survivance têtue de ces petites ethnies ou "peuples premiers" a depuis toujours "dérangé" le concept moderne "d'Etat-nation". Les Etats-nations ont appréhendé l’entêtement à exister de manière pérenne en tant qu’ethnie, à conserver son particularisme, sa culture et sa langue comme un camouflet à la volonté ‘nationale’ d'abraser toute "différence" et de créer un "ensemble homogène" de citoyens anonymes.

Cette prétention d'uniformisation initiée par les Etats-nations pousse à nier aux petites ethnies, réfractaires à la fonte dans le "melting-pot" ou dans la "Ummah" des "grandes nations", le droit à l'auto-détermination politique, le droit à se définir comme "peuples souverains" et de se créer un cadre étatique.
Les encenseurs des Etats-nations aux frontières bien établies et maîtres dans l'art de tout justifier à postériori, prétendent qu'il est utopique de « faire marche arrière » et par exemple demander aux USA, de céder la place aux 'Natives'. Ils arguent de l'impossibilité de savoir qui est vraiment « le peuple premier » d'une contrée, et que depuis la préhistoire, il y eut des « mouvements de populations » (euphémisme subtil pour ne pas dire conquêtes ou invasions, jugées trop crues).
Or, c'est faux ! Il faut faire une distinction entre de pacifiques, lentes et naturelles migrations, et la volonté délibérée d'écraser une population indigène afin de la supplanter. On ne peut décemment travestir la juste revendication des droits des peuples premiers, en camouflant en « conflits de voisinage », les occupations brutales de leurs terres, leurs expropriations et afin de soumettre des peuples qui vivaient dans leurs patries depuis la nuit des temps.

Dans sa turpitude jacobine, l'Etat-français par exemple considère comme une 'sécession unilatérale réprimandable' la volonté du peuple Corse à s'autodéterminer. On voit aujourd'hui quelle levée de boucliers engendre l'aspiration du peuple Corse à son indépendance !

Il en était de même il y a plus d'un siècle, lorsque le peuple hébreu créa un mouvement de libération afin de recouvrer sa terre de laquelle il fut spolié par les "grands empires", depuis les Romains jusqu'au Ottomans, en passant par le conquérant arabo-musulman.

A l’origine en effet, le Mouvement Hébreu de Libération s’inscrivait totalement à contre-courant du concept d'Etat-nation. Il prônait justement une revendication ethnico-politique, celle du peuple hébreu. Mais plus tard, désarmés devant l'incompatibilité entre ‘ethnie’ et ‘nation’, les sionistes abandonnèrent l'idéal de résurgence de l'ethnie hébraïque destinée à lui faire recouvrer sa souveraineté entière sur toute l'étendue de son pays ancestral.

Ce choix malheureux a plusieurs causes, sur lesquelles nous ne pouvons nous étendre ici. Parmi elles, une des principales est l'obstacle créé par le judaïsme dont les sionistes ne surent ou ne purent se débarrasser. L'autre cause est lorsqu'il parut aux sionistes qu'une "ethnie arabe" (sic !) vivait sur le même territoire. Ils tentèrent alors de la résoudre en adhérant au concept d'Etat-nation qui engloberait la « minorité arabe » dans une citoyenneté israélienne commune.

Or il n'a pas et il n'y a jamais eu de "minorité” ou de “peuple arabe" et encore moins "d'ethnie palestinienne". L'arabisme et le palestinisme sont des idéologies tout comme le sionisme ou le communisme sont des idéologies ! Il n'y a tout au plus que des arabophones, ou plutôt des arabophonisés.

Mais contre toute logique, ces arabophones sont étiquetés en Israël comme « minorité ethnique », alors qu'ils sont en majorité des descendants d’Hébreux ! Des Hébreux arabisés et arabophonisés par le conquérant arabo-musulman au point d'avoir perdu toute mémoire ethnico-historique de leur réelle identité. Cette amnésie collective pousse aujourd'hui ces pseudo "arabo-palestiniens" à adhérer et adopter l'identité arabiste des bourreaux de leurs ancêtres et à faire la guerre aux Hébreux israéliens qui ne sont ni plus ni moins que leurs frères, ethniquement parlant.

Le conflit "israélo-palestinien" n'est donc en fait qu'une guerre fratricide entre deux parties du même peuple : l'une ayant gardé son identité et sa mémoire ethnico-historique et l'autre, aliéné par le conquérant arabo-musulman, l'a perdue !

Mais en dépit de cette aliénation, tous les ingrédients sont encore réunis jusqu'aujourd'hui pour recréer un Etat-ethnie réunificateur. Il faut pour cela remplir quatre conditions préalables : inviter les Hébreux arabophones à retrouver leur identité originelle ; exiger des descendants des conquérants arabes qu’ils se fondent dans le creuset identitaire hébreu ; faire de l'hébreu, la langue officielle exclusive ; séparer de manière absolue la religion de l'Etat-ethnie hébreu laïque.
Sous ces conditions, et à l’encontre des Etats-nations, l’identité citoyenne en Israël ne résultera plus de conjectures géopolitiques ou démographiques, mais elle se fondera sur le droit naturel et inaliénable des « peuples premiers » à s’auto-déterminer.

Grâce à la notion de peuple premier, un nouveau concept doit naître : celui de l'Etat-ethnie ou Ethno-état, ou encore « Ethnétat », néologisme que j'ai créé pour désigner une entité politique fondée sur le rejet de toute forme de colonialisme. Ce concept est non moins laïc, démocratique et républicain que celui d'Etat-nation. Avec toutefois un avantage intrinsèque : les envahisseurs n’y acquièrent plus aucune légitimité !

L'Ethnétat d'Israël aurait alors initié l’avènement d’une ère nouvelle dans laquelle ‘la Loi du plus fort’ serait abolie au bénéfice de l'antériorité des droits, donc du ‘Droit du plus juste’.
_________________
« Ah ! Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez vous pas ? Ah ! Insensé qui croit que je ne suis pas toi ! »
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:56 (2016)    Sujet du message: Vichy et la Shoah

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Philosophie -> Culture Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com