Index du Forum


Forum libre et sans modérateur sur la spiritualité, garantissant la liberté de conscience.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

D'Alesia au Bouddhisme, via le Christianisme

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Religion -> Spiritualisme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
PHENIX


Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Ven 7 Déc - 22:58 (2012)    Sujet du message: D'Alesia au Bouddhisme, via le Christianisme Répondre en citant

Par J-C Bonnot « L’ECLAIREUR – D’Alesia au Christianisme » Page 347


L’ECLAIREUR ECLAIRÉ



Même si la fameuse maxime de Socrate « connais-toi toi-même ! » est engageante, elle n’est pas évidente à concevoir ou réaliser par tous. Encore faut-il au préalable avoir conscience de l’objectif capital commun : l’avènement de la paix mondiale. Cette dernière étant le but avoué de toutes les religions, reste à savoir comment y parvenir ensemble...
Pour qui reconnaît la loi de causalité, toutes pensées, actions ou paroles prononcées produiront invariablement effets et conséquences. Il est cependant difficile d’en maîtriser enchaînements et phénomènes imbriqués.
Certes il est réconfortant et respectable de s’en remettre en un Dieu tutélaire en guise de cause originelle, vrai Dieu né du vrai Dieu, créateur de toutes choses. Mais l’inclinaison au libre-arbitre faisant partie intégrante de notre incarnation en ce monde, au cours des âges, quelques êtres ou sociétés en différents endroits tentèrent avec plus ou moins de satisfaction de comprendre comment et pourquoi telle cause produisait tel effet. Se regroupant, parfois en conciles, quand l’élaboration d’une doctrine devenait nécessaire. Comme par exemple suite à l’apparition d’un prophète ou d’un Eveillé (bouddha). Ils nous ont retranscrit d’innombrables Sutras (mot Sanskrit, signifiant : enseignement). L’un d’entre eux, produit sous forme de compilation encline à devenir la véritable Bible du bouddhisme : « Le Sutra du Lotus » (fleur des marais qui, par ses pétales et graines simultanées, est comparable à la cause et l’effet). Cet ouvrage étant soumis lui aussi à la loi de causalité il serait vain, voire erroné, de prétendre en sonder parfaitement sources et affluents ; comme il serait injuste d’en réserver les arcanes uniquement à certains favorisés.
Donc par mansuétude, ce «roi des sutras» prodigue à ceux qui en conçoivent l’entendement, ses œuvres et vertus par le simple fait d’en prononcer le titre. Tel le mantra adopté par notre Eclaireur, récité au plus proche de sa signification originelle « Namu Myohorengue Kyo » (Se tourner vers le cœur du lotus - bouddhisme Nichiren, Japon) .
Ce genre de pratique où harmoniques et syllabes contribuent à donner vie, peut être qualifié de « Tantrisme » mais est fort usité dans les ordres religieux, voire aussi dans des pratiques profanes comme le Yoga. Le simple fait de répéter, louer, invoquer : le nom, la fonction du père putatif ou le cœur du sutra, concourt à rendre réceptif et manifester sa dévotion, tout en captant l’allégresse délivrée par la loi mystique.
Exemples : « Allah Hu Akbar » (Dieu lui seul est grand ! - Islam) ou « Alléluia » (Louez Dieu ! - Judéo-Christianisme) « Aum namu padme » (Se tourner vers le lotus - bouddhisme Tibétain)).
Ces litanies apaisent, stimulent et motivent : foi, étude et pratique (méditation, prière, rituel).
D’un point de vue extérieur, il serait naïf et réducteur de considérer ces phonèmes comme seulement lénifiants ou euphorisants. Depuis la prima-humanité les mantras sont plutôt comparables à des remèdes ou conditionnements dont l’efficacité agit de concert avec l’ascèse et l’enseignement prodigué. Celui-ci, basé sur l’éveil, l’écoute et le discernement des différentes modalités de la vie.

En voici un exemple de classification significatif :
« Les dix modalités de la vie » (Chap. II « moyens » Sutra du lotus)
1) l'Apparence, 2) la Nature, 3) l'Entité, 4) le Pouvoir, 5) l'Influence, 6) la Cause interne, 7) la Relation, 8) l’Effet latent, 9) l’Effet manifeste, 10) et leur cohérence du commencement jusqu'à la fin.
Ces modalités ou « ainsités » constituent l’aspect permanent et immuable de la vie.
La cognition, la connaissance des éléments englobant tenants et aboutissants de toute vie étant considérée comme certes importante, mais pas forcément nécessaire ; l’essentiel étant « l’intelligence du cœur ». Chaque strate et paraboles du Sutra du Lotus, écrites en prose puis en vers étant là pour préparer, classifier, comprendre et discerner qualités et défaut humains, de leurs causes internes et externes à leurs manifestations. Le remède, l’apaisement et la joie, devant apparaître à l’individu par l’éveil intérieur tourné de fait vers la compassion ; finalité du bouddhisme signifiant littéralement : partager la passion.
Le sutra au chapitre XVI « Longévité de l’ainsi venu » termine par la parabole de : « l’excellent médecin » proposant ainsi une conclusion de principe : le choix entre son médicament auquel il faut croire pour être sauvé ou celui de douter de ses paroles et absorber de mauvais enseignements propres à égarer.

Bien entendu, il convient de relativiser, car il s’avère vite impossible voire inutile au commun des mortels de tout maîtriser. Le Bouddhisme, voie médiane, en plus de ses propres rites pédagogiques et ascétiques, s’appuie souvent sur de multiples pratiques, ancestrales ou contemporaines, pour véhiculer son enseignement. La science moderne étant elle aussi utilisée en support.
Les règles de propagation s’appuient sur un prosélytisme lié aux circonstances et aux crises existentielles. Réponses à la fois rigoureuses et compatissantes, capables d’aider les êtres à s’extraire du cycle causal des trois poisons : L’ignorance, l’avidité et la colère.
Ne nous y trompons pas, une doctrine de ce genre reste cependant un simple échafaudage ou moyen. La finalité reste tout de même de se réaliser, vivre sa liberté et accomplir son œuvre.
Jean-Charles notre éclaireur, même s’il en a pleinement conscience, au vu de ses malencontreuses anticipations sur les réactions de sa compagne, vient pourtant apparemment de subir côté cœur un sérieux revers.
Cherchant justement à s’accomplir, non seulement en parachevant ses recherches historiques, mais aussi à vivre pleinement le présent et préparer l’avenir, il a fait confiance au « Dharma », c'est-à-dire la « loi mystique en action ». Notion qui peut sembler aléatoire, voire paradoxale, au vu des dispositions rationnelles énumérées plus haut, mais il n’existe pas de dogme universel dans les conceptions bouddhistes. De nombreux courants ont donc vu le jour depuis l’époque du Bouddha historique, né en Inde vers le Ve siècle avant J.-C. L’école à laquelle se réfère Jean-Charles est celle fondée par le moine réformateur Japonais Nichiren au XIIIe siècle. Celui-ci adopta, face à la déliquescence du bouddhisme de son époque, un retour à l’orthodoxie, rejetant même fermement les autres courants. Ce qui jure vis-à-vis du quiétisme des autres sectes japonaises. Nichiren, dans sa logique, a même adressé une missive fortement documentée au gouvernement d’alors, lui enjoignant de prendre les dispositions nécessaires pour un rapide retour aux préceptes bouddhistes. Bien entendu, ceci a été perçu comme une audace et un affront inouï, il fut donc condamné à la décapitation. Sauvé mystérieusement du sabre du bourreau par une « lumière cosmique » (…), sa peine fut commuée en exil. De cet endroit nous sont donc parvenus de nombreux écrits.
Le particularisme de ce moine est de vénérer la toute puissance du bouddha originel, sans qu’il soit pour autant nommément défini. Les éveillés apparaissant à différentes époques en fonction de la prédisposition des êtres. Ce qui eut pour fait notoire la reconnaissance de Nichiren par ses disciples comme : bouddha universel. Lui-même, de son vivant, anticipa cette nomination en présentant son enseignement de "Bouddhisme de l’ensemencement", l’opposant au "Bouddhisme de la récolte", celui de la tradition.
Le bouddhisme de Nichiren pourrait être comparé au Christianisme car celui-ci se répandit surtout chez les humbles, la classe laborieuse. La simplicité de la pratique repose surtout sur la récitation du mantra : Namu Myohorenguekyo. En insistant sur le caractère : Myoho, véritable cœur du Sutra du Lotus.


Aux antipodes du Japon, à une tout autre époque, ayant croisé dans ses recherches historiques la pertinence et la valeur des dénominations chez les différentes peuplades du continent européen, Jean-Charles, alors surtout orienté sur l’affaire de la localisation d’Alésia, en vint à faire le rapprochement entre les Mandubiens, habitants de cette cité (Bello Gallico, liv VII, chap 68) et le bouddhisme.
Voulant en savoir plus, c’est à un client de passage dans son établissement qu'il doit la connaissance de Nichiren et du Sutra du Lotus.
En étudiant cette obédience, il comprit insensiblement qu’au travers du cérémonial et la récitation lancinante et harmonieuse de caractères chinois, tirés du Sutra du Lotus, ce courant religieux reposait sur un enseignement profond. Il découvrit au contact de quelques pratiquants que le bouddhisme n’était pas une « religion sans Dieu », comme on aurait tendance à en juger de l’extérieur, mais bien une école de pensée, de pratique où l’expérience mystique est pleinement vécue.
Mais l’adhésion pleine de Jean-Charles repose surtout sur le parallélisme, voire l’accomplissement de notre spiritualité occidentale qu’il a découvert dans cette étrange doctrine. Voici comment il l’a décrit, dans l’extrait d’un exposé rédigé à la demande de cette école japonaise, soucieuse de savoir comment pourrait être perçu son message dans la société française.
« En introduction, je me suis permis de souligner à titre personnel l’analogie relevée entre d’une part, le Christianisme (installé dans le lit d’un paganisme millénaire) ayant façonné la pensée occidentale et d’autre part le bouddhisme de Nichiren. L’un et l’autre dans leurs « œuvres et vertus » incluent dans leur notion de « raison » l’implication d’une « sublimité ». Le Christ prônant l’Amour et Nichiren effectuant la synthèse des deux par la voie d’une logique sublime. C’est donc en ce sens qu’il faut comprendre la nécessité du retour à la rectitude que prône cet humble moine japonais dans sa missive au gouverneur temporel du moment. Les samouraïs, les dirigeants orgueilleux de cette époque féodale ont été sommés par ce petit moine tonsuré de se conformer aux enseignements corrects du Bouddha originel, afin de prendre les bonnes décisions pour transformer l’environnement et établir la sérénité du pays. »


Sublimité… ? Pour notre Éclaireur, ce mot renferme plusieurs sens et ne peut correspondre à une seule prouesse intellectuelle, obtenue par certaines techniques de méditation avancées, d’exaltation de la foi ou autres traits de génie réservés à quelques initiés ou élus béatifiés. Il faut faire une rencontre individuelle y prendre refuge ou l’adopter. Quant au rapport avec les autres, plus les vertus de cette apparition ou hypothèse insufflée seront élevées, plus l’harmonie entre les êtres s’accomplira, le tout en « libre concurrence ».
Cette disposition reste cependant théorique car en pratique, du fond des âges, dans le monde actuel, de multiples courants de spiritualité ont essaimé. Alors, pour l’explorateur mystique, la principale vertu reste le recours à la providence, toujours et encore. La science inductive étant neutre, son usage étant requis surtout pour étayer ou infirmer les tentatives et expériences des uns et des autres. Les questions éthiques relèvent, quant à elles, des sciences humaines, donc des courants religieux.
C’est par conséquent dans l’optique de réaliser cette rencontre, preuve subliminale capable de répondre à ses questionnements allant de pair avec ses recherches historiques, que Jean-Charles s’est laissé volontairement emporter dans le flot des aléas de l’existence. Pour comprendre, admirer, discerner, aimer et par la suite conseiller et enseigner, il lui était nécessaire d’expérimenter.
Lorsque Sophie lui proposa de l’accompagner en Grèce, il crut voir dans cette opportunité un signal de la loi mystique et se persuada que le moment était venu pour se mettre en marche. Dans son esprit, ayant rarement eu l’occasion de voyager aussi loin, une telle perceptive fut comparable à l’étoile de la nativité des rois mages.
Il serait toutefois inconvenant de croire Jean-Charles aussi naïf. Confiant en sa foi, cette escapade était pour lui l’occasion d’une belle aventure ; une reconnaissance au monastère de Daphné n’étant, vu les moyens d’informations d’aujourd’hui, pas vraiment nécessaire. Il voulait surtout partager et faire vivre sa quête avec cette intrigante et ravissante personne. Il voyait en elle une complémentarité, une druidesse capable de le comprendre et de transmettre à travers son cercle de relation ce qu’il allait lui faire découvrir.
Manifestement, ce signal a donc bien eu lieu, puisque cet homme au conditionnement prédisposé à travers l’apparition de cette femme dans sa vie, s’est imaginé tel Héraclès poursuivant la biche aux pieds d’airain. Il se voyait déjà la suivre jusqu’au pays des Hyperboréens, le paradis terrestre. L’admirer, se nourrir de sa beauté sauvage, découvrir, partager rêves et secrets, émerveillements, pour ensuite la récupérer à son retour lorsqu’elle viendrait boire à la source originelle où il l’attendrait patiemment. La belle, en toute quiétude, sans se débattre, accepterait enfin de s’endormir au creux de son épaule… Elle aura vécu son illusion et en cela fait découvrir au héros la vraie lumière.
Jean-Charles ignorait pourtant encore à quel point les projets qu’il croyait fonder aux cotés de cette femme allaient dépendre de la personnalité et du comportement de celle-ci. Au vu des découvertes et interprétation, divergences d’opinion et sensibilités, notre homme n’est pas resté maître de la situation et s’est lui-même laissé surprendre.
Attiré par l’état de vie de Sophie il espérait, dans son sillage, découvrir ses centres d’intérêt, ses visions, tout en lui faisant partager les siens et pourquoi pas… aboutir à une communion.
L’intention aussi, noble soit-elle, son enseignement lui stipulant clairement que s’il est facile de recevoir il est plus difficile de garder, n’auront pas suffi. Il a dû faire appel à toutes ses ressources intérieures pour ne pas succomber au désespoir suite à réaction de son amie.
Alors qu’il croyait avoir rencontré cette sublimation tant recherchée au contact de cette femme, tout avait faillit s’effondrer. Le recours était venu, par un phénomène mystérieux qu’il ne s’explique pas encore… une joie indicible issue du fond de son être était venue investir son corps et son esprit. Au-delà de l’imaginable, indescriptible par les mots, une ouverture pleine de confiance et d’amour « L’éclaireur éclairé ».
Le voilà donc certain d’avoir franchi ce nouveau seuil de conscience lui élargissant son horizon. Même le comportement de Sophie ne lui apparaît plus comme un échec, mais s’inscrit dans un plan d’intelligence de la bonté auquel il met désormais toute sa confiance.
Aimer, compatir sans espoir de retour lui apparaît désormais plus important, plus simple au lieu de chercher vainement à persuader les autres de leurs erreurs.
Il n’en remet pas pour autant en cause ses conceptions bouddhistes, celles-ci lui auront permis de se préserver et ne pas succomber au désir de s’approcher trop près de la flamme. Tout comme Saint Irénée a du le ressentir auprès des gnostiques.
Se remémorant les paroles et l’intonation de sa partenaire, la tentation de se laisser consumer avait été terrible. Jusqu’à se demander s’il ne passait pas à coté de l’existence. Ardemment, il aurait voulu connaître cet abandon chaleureux et confiant en l’être d’amour, dont elle parle si bien. Se fondre dans cette créature… cet alter ego, partenaire manifeste du divin incarné.
Puis ce songe s’évanouit sous l’effet de cette « supra-conscience » lui signifiant que le moment sublime entrevu sera d’autant mieux conservé s’il sait s’en écarter à temps. Profiter ainsi de sa lumière, de sa chaleur, s’y référer sans pour autant fusionner, s’identifier à elle. Une parole hermétique de Jean l’Évangéliste lui revint, criante de vérité « Qui aime la vie, la perd ! »
_________________
Attaché votre charrue à une étoile (Emerson)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 7 Déc - 22:58 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
PHENIX


Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Sam 8 Déc - 09:34 (2012)    Sujet du message: D'Alesia au Bouddhisme, via le Christianisme Répondre en citant

Il me faut encore ajouter ceci pour faire le rapprochement entre les "Mandubiens" et le Bouddhisme

Autrefois, lors de la tradition orale, on inversait le mot pour inverser le sens… Ex : Monde et Démon (ordre et désordre)… donc si : BUD ( de Bouddha) signifie : l’Eveil, DUB signifie : Sommeil ou la mort ! Les Mandubiens étaient donc les "hommes de la mort " soit en lien avec la tradition universelle véhiculée par la Sanskit .... les "Manushi-buddhas" étant les "hommes de L'Eveil" (Bouddhistes)

Les Mandubiens de part leur dénomination, sont donc en lien avec l’ancienne religion mondiale du culte du Soleil et le Bouddhisme qui en manifeste l’essence ! D’où son rejet par l’ordre Judéo- Chrétien et la disparition d’ Alésia… Autrefois centre religieux de toute la celtique (Diodore de Sicile « fondation d’Alésia »)





Bien entendu, j'ai tout un "roman-thèse" à vous proposer. Cette méthode peut sembler fumeuse, mais pas au regard d'êtres suffisamment imbibés de la voie du milieu qu'est le bouddhisme.
_________________
Attaché votre charrue à une étoile (Emerson)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:17 (2016)    Sujet du message: D'Alesia au Bouddhisme, via le Christianisme

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Religion -> Spiritualisme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com